• Thomas PELLETIER

L'humilité est une OPTION


Ça y est, le pavé est jeté dans la mare !

Je touche à un pilier sacré de la relation sociale issue de notre culture (je n’ai pas dit « religion ») judéo-chrétienne permettant de pouvoir appartenir à la Communauté.

Et pourtant…

DÉFINITION :

Rien de mieux quand on veut connaitre le sens des mots que d'aller chercher la définition dans le dictionnaire.

La définition donnée par monsieur Larousse est claire :

"Sentiment, état d'esprit de quelqu'un qui a conscience de ses insuffisances, de ses faiblesses et est porté à rabaisser ses propres mérites".

« Insuffisance », « faiblesses », « rabaisser »… ça sent bon l’épanouissement !

Plus sérieusement, pourquoi sommes-nous capables d’exprimer nos défauts sans pudeur et à l’inverse nous sommes dubitatifs à l’idée d’exprimer nos qualités librement ?

CROYANCES LIMITANTES :

On pense souvent à tort que si on n’est pas humble ou modeste, obligatoirement, on est orgueilleux, vaniteux, nonchalant, puant…

On se vante, se pavane, on crie sur tous les toits qu’on est LE meilleur, on écrase les autres…

Oui parce que le premier réflexe pour défendre l’humilité c’est d’aller chercher des cas de figure extrêmes de gens qui ont tenté de prendre le dessus sur les autres en se mettant en avant.

On pense aussi que l'humilité par extension, c'est la tolérance, la bienveillance...

Je ne parle dans cet article que de la notion d'humilité.

FONCTIONNEMENT CONSACRE :

A mon sens, l’humilité repose sur le désir d’être accepté par les autres sans faire de vague.

Et c’est logique car si on veut la paix sociale, l’humilité revendiquée est un facteur d’appartenance fort au groupe qui nous met à l’abri du jugement des autres.

Néanmoins, il arrive que des jalousies naissent malgré tout… on entend alors parler de fausse modestie. Trop d’humilité tue l’humilité.

Le but de tout ça est que nul ne sorte de son propre chef de la Communauté.

La Communauté s’autorégule et ne supporte pas qu’un membre sorte par le haut ou par le bas sans son accord.

Seule la Communauté peut donner cette autorisation.

Il est souvent amusant de constater que si quelqu’un dit « je suis bon dans ce que je fais, je suis fier de moi », on va lui parler de la taille de sa tête qui ne passe plus entre les portes, de ses chevilles qui enflent, de son égo surdimensionné.

Le but est de le faire revenir dans l’anonymat de la Communauté.

A moins que la Communauté en décide autrement.

A l’inverse, si quelqu’un exprime ses doutes à travers un « je suis nul, je rate tout ce que je fais », c'est le même principe.

La Communauté relativise, le met en avant et exprime toutes ses qualités… et hop retour dans la Communauté.

A moins que la Communauté en décide autrement.

BIENVEILLANCE ET ESTIME DE SOI :

Essayez de vous imaginer dire à quelqu'un que vous aimez:

« oh tu sais, tu n’as pas vraiment de mérite dans ta réussite… »,

« tu n’es pas si sympa que ça, il y a plus sympa ailleurs… »,

« ton opinion ne va intéresser personne »,

« tu ne veux pas que les gens croient que tu te vantes alors tais toi ».

Toutes ces phrases ne me semblent pas très bienveillantes.

Elles sont anxiogènes, castratrices, démotivantes, dévalorisantes.

A chaque fois que je pourrais exprimer ma satisfaction personnelle, une personne qui m’aime vient me dire qu’il faut que je le garde pour moi, que je dois être humble.

Comment imaginer qu’une personne qui m’aime puisse avoir ce comportement avec moi ?

Et si cette personne que vous êtes censé aimer, c’était vous ?

En y réfléchissant, je me rends compte que l’humilité, et l’estime de soi ne font pas forcément bon ménage.

CONCLUSION :

Accepter de ne pas être humble, ce n’est pas devenir automatiquement orgueilleux ou vaniteux.

Les rapports humains ne sont pas binaires. Nous ne sommes pas des robots.

Pourquoi cette vision manichéenne ?

Alors oui, être humble, ça a un côté sage, respectueux (de soi ou des autres ?).

Finalement, c’est une grande qualité qui vient minimiser mes mérites (« à rabaisser ses propres mérites »).

Du coup, suis-je humble quand je dis que je suis humble ?

Ok, je vais en perdre en route, j’arrête. :)

L’humilité c’est donc comme les antibiotiques, ce n’est pas automatique.

Un entourage bienveillant ne vous empêchera jamais d'être fier de vous et de le revendiquer si ça vous fait du bien.

« L’important n’est pas de vivre comme les autres mais parmi les autres ». Daniel TAMMET

#estimedesoi #développemetpersonnel #bienveillance #jugementdesautres #regarddesautres #tolérance #acceptation

175 vues