• Thomas Pelletier

Contente-toi seulement d'avoir peur

Dernière mise à jour : 21 mars

« La peur n’empêche pas de mourir, elle empêche de vivre »



En d’autres termes ; vivre ou mourir, que préférez-vous ?


Je trouve cette phrase très puissante car elle a pour effet de mettre la peur au second plan de notre propre existence.


Facile à dire alors que la peur fait partie de nous.


La peur est certainement d’un point de vue historique et génétique l’émotion qui nous a permis de survivre au fil des millénaires, de ne pas être mangé par des prédateurs.


Donc il est plutôt logique historiquement et génétiquement d’imaginer que la peur empêche de mourir.

Toutefois aujourd’hui, dans nos sociétés contemporaines sécurisées et aseptisées, la peur d’être mangé ne trouve plus sa place.

Ou du moins plus de manière littérale…


Pourtant notre cerveau reptilien doit survivre à l’évolution et pour se faire il a substitué des peurs primales à des peurs sociétales… le regard des autres est devenu notre plus grand prédateur.


Il ne sert donc à rien d’avoir peur !


Oui mais voilà, cette émotion ne l’entend pas de cette manière et elle s’accroche pour ne pas disparaitre.


Alors ce billet n’aura pas pour but de comprendre comment ne plus avoir peur (nous ne faisons pas le poids face au cerveau reptilien) mais plutôt de mettre en perspective ce que la peur engendre dans nos réactions et dans nos vies.


Et peut-être de prendre conscience.

Juste cela… prendre conscience.


Je vous propose donc de découvrir les principaux masques que la peur revêtir en observant le lien, les effets désirés et les effets obtenus.


Les différents masques sont :

· La colère,

· Le défaitisme,

· La carapace,

· La fuite,

· Le déni,

· La mauvaise foi,

· La lecture de pensée,

· L’anticipation,

· La procrastination,

· La timidité,

· L’inconscience,

· L’anxiété,

· Le mensonge.





LA COLERE : État affectif violent et passager, résultant du sentiment d'une agression, d'un désagrément, traduisant un vif mécontentement et accompagné de réactions brutales


Lien avec la peur : Aussi fou que cela puisse paraitre, la colère a pour effet d’annihiler la peur.

Un inconnu s’en prend à votre enfant, il y a de fortes chances que vous fassiez fi de sa carrure et que vous fonciez de colère sur lui.

Effets désirés : De ce fait, votre cerveau enregistre l’information à l’envers… si je ne veux plus avoir peur, je n’ai qu’à me mettre en colère. Je suis en colère dès que j’ai peur.

Effets obtenus : vous finissez par vous couper des autres et probablement de vous-même. C’est vous qui leur faites peur. Et pour autant, vous n’avez pas moins peur. Tout le monde y est perdant.



LE DEFAITISME : État d'esprit de ceux qui ne croient pas à la victoire et qui préconisent l'abandon du combat.


Lien avec la peur : Le défaitisme permet d’accepter la peur de revivre une expérience malheureuse passé.

Effets désirés : Vous vous dites que si vous avez échoué avant que cela arrive, vous serez préparé à souffrir.

Effets obtenus : Votre posture conduit souvent à ce que la mauvaise expérience se reproduise et cela vous conduit à penser que vos peurs étaient bien fondées. Votre défaitisme devient légitime.



LA CARAPACE : Ce qui isole une personne des contacts extérieurs.


Lien avec la peur : En vous créant une carapace infranchissable, aucun risque de souffrir. La peur est censée se trouver à l’extérieur de la carapace.

Effets désirés : Être insensible aux attaques hypothétiques en se surprotégeant de tout ce qui pourrait vous déstabiliser, quitte à vous couper des bonnes choses au cas où… La méfiance est mère de sureté.

Effets obtenus : Imaginer la vie comme un champ de bataille et se couper du bon en ayant comme prisme la protection absolue contre le mauvais éventuel. La carapace n’empêche pas de faire entrer la peur puisqu’elle est constituée de plusieurs couches de peur.



LA FUITE : Action de chercher à se dérober, à se soustraire à quelque chose de pénible, de dangereux.


Lien avec la peur : Probablement le plus vieux réflexe d’une proie face à un prédateur, la fuite est la meilleure réponse…. animale à la peur.

Effets désirés : se tenir le plus loin possible de toute forme de danger et se dire que la fuite fait disparaitre le danger. Mais fait elle disparaitre la peur ?

Effets obtenus : Vous adoptez la posture d’une proie et devenez votre propre prédateur. Vous vous déresponsabilisez et vous isolez. Au moindre doute, vous fuyez, ne créant pas moins de danger mais un peu plus de peur.



LE DENI : mécanisme de défense du moi qui consiste à nier une perception traumatisante de la réalité extérieure.


Lien avec la peur : Nier qu’une réalité douloureuse existe permet de ne pas en avoir peur

Effets désirés : Faire disparaitre consciemment ou inconsciemment toute forme de douleur passée, présente ou à venir.

Effets obtenus : Vous savez que ça existe et vous en refuser l’existence ne permet pas d’exorciser la peur en vous y confrontant. Ne pas vouloir voir le problème ne le fait pas disparaitre.



LA MAUVAISE FOI : état d'esprit de quelqu'un qui, affirmant qu'il est sincère, sait qu'il dit une chose fausse, qu'il viole une règle.


Lien avec la peur : La mauvaise foi permet de ne pas avoir peur d’avoir des failles, de se tromper, de ne pas être à la hauteur.

Effets désirés : Montrer que vous êtes sans reproches et éviter d’être abandonné ou rejeté pour vos manquements

Effets obtenus : Déformer, mentir, juste pour que les autres aient une bonne image de vous, cela ayant pour conséquence de nourrir votre égo et de fragiliser votre estime de soi.



LA LECTURE DE PENSEE : Interprétation d’une croyance à partir d'éléments subjectifs qui sont qualifiés d'objectifs.


Lien avec la peur : La lecture de pensée permet de faire dire à l’autre ce que vous craignez qu’il pense comme si c’était la réalité, uniquement dans le but de le tester ou de vous faire du mal.

Effets désirés : Vous gardez le contrôle sur l’autre en projetant vos peurs et en lui montrant que vous n’êtes pas dupe ou naïf

Effets obtenus : Vous empêchez l’autre d’exprimer ce qu’il pense vraiment et vous l’obligez à se justifier tout en restant, au fond, sceptique.



L’ANTICIPATION : Action de prévoir, de supposer ce qui va arriver.


Lien avec la peur : L’anticipation cherche à présupposer le futur par peur d’être pris au dépourvu

Effets désirés : Si vous restez maître de la situation avant qu’elle n’arrive, vous n’avez rien à craindre

Effets obtenus : Sans une notion de préparation, vous ne finissez par anticiper que le pire.



LA PROCRASTINATION : Tendance à ajourner, à remettre systématiquement au lendemain.


Lien avec la peur : Remettre à plus tard pour créer de l’urgence permet d’anesthésier votre peur d’échouer

Effets désirés : Se laisser le maximum de chances d’avoir une bonne excuse d’échouer par manque de temps plutôt que par manque de compétences.

Effets obtenus : Vous culpabilisez de vous y prendre au dernier moment et vous êtes dans l’urgence et l’angoisse de ne pas avoir assez de temps pour montrer votre véritable potentiel.



LA TIMIDITÉ : Manque d'assurance, de hardiesse dans ses rapports avec autrui.


Lien avec la peur : La timidité permet de disparaitre par peur d’attirer l’attention d’un quelconque prédateur.

Effets désirés : Vous imaginez que les gens n’auront aucune raison de vous faire du mal si vous n’interagissez pas avec eux.

Effets obtenus : Vous n’existez pas ou peu. Soit on vous oublie, soit on profite de vous parce que vous êtes inoffensif.



L’INCONSCIENCE : État de celui qui agit sans comprendre la gravité de ses actes.


Lien avec la peur : L’inconscience permet de vous déconnecter de la réalité pour surmonter votre peur.

Effets désirés : Vous ignorez la peur comme pour vous déresponsabiliser des conséquences de vos actes, imaginant faire preuve de courage.

Effets obtenus : Vous faites n’importe quoi, vous vous mettez véritablement en danger sans préparer les choses pour qu’elles se passent au mieux.



L’ANXIÉTÉ : Inquiétude profonde née du sentiment d'une menace imminente mais vague.


Lien avec la peur : L’anxiété nourrit un scénario pessimiste comme si c’était le seul avenir envisageable pour tenter d’apprivoiser votre peur.

Effets désirés : Vous gardez le contrôle sur un avenir négatif incertain afin de vous y préparer psychologiquement

Effets obtenus : Vous construisez un échec ou une déconvenue par le seul fait de ne pas imaginer que le meilleur est possible et en agissant de telle sorte que le pire arrive.



LE MENSONGE : action de déguiser, d'altérer où d'affirmer quelque chose qui est contraire à la réalité.


Lien avec la peur : Le mensonge permet de créer une réalité qui protège face aux jugements de l’autre.

Effet désiré : Vous prenez le contrôle de la réalité en la modifiant à votre avantage, sans besoin d’admettre et/ou d’assumer votre responsabilité.

Effet obtenu : Vous êtes dans votre propre impasse avec une nouvelle peur, celle d'être découvert (double peine).


Je précise que cette liste n'est pas exhaustive, il existe également l'auto-sabotage, le fait de dire oui à tout et tout le monde,....


Ces mécanismes ne sont, bien entendu, pas irrémédiables et il existe de nombreux outils et exercices permettant de les repérer, de les atténuer ou des les faire parfois disparaitre.

100 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout